Le ministère des TIC libère la VoIP de l’emprise de l’Etat


En ces temps où plusieurs ministères brillent par leur incompétence à gérer le pays, il est rare de tomber sur de bonnes décisions qui auront un impact très positif sur l’économie nationale (ou du moins ce qu’il en reste !).

Dans le numéro 77 du Journal Officiel de la République Tunisienne (JORT) daté du 28 septembre dernier, le ministre des Technologies de l’Information et de la communication a décidé de libérer complètement la VoIP de l’emprise de l’Etat et des opérateurs téléphoniques.

Dès à présent, tous les fournisseurs d’accès peuvent lancer leur propre offre de téléphonie illimitée via le protocole IP, même s’ils se basent sur le réseau ADSL de Tunisie Telecom.

Jusqu’à peu, la VoIP était, en effet, strictement réservée aux opérateurs télécoms. Et notamment TT et Orange. Ils avaient, eux seuls, le droit d’exploiter les équipements nécessaires à ce type de service. Sous Ben Ali, cette décision avait pour but de mieux contrôler les communications téléphoniques, quel que soit son type.

Pire encore : Les clients eux même ne pouvaient bénéficier de la VoIP que si, et seulement si, l’Agence Nationale de Certification Electronique (ANCE) leur donnait son feu vert. Un traitement au cas par cas qui ralentissait énormément le déploiement de la VoIP à grande échelle, surtout chez les entreprises multi-sites.

Rappelons que l’installation d’un réseau téléphonique Internet, entre plusieurs sites géographiquement éloignés, coutait cher aux sociétés puisqu’ils doivent passer par le réseau RTC de Tunisie Telecom. Sans parler de l’investissement en câblage pour desservir tous les bureaux. En VoIP, par contre, la même infrastructure Intranet/Internet est suffisante pour véhiculer les communications téléphoniques.

Mais libérer la VoIP ne signifie pas qu’elle doit échapper à toute régulation. Surtout en terme de qualité de service. Dans ce même décret, le gouvernement oblige, en effet, tous les acteurs Internet éligibles à la commercialisation de cette offre, à garantir un minimum de QoS, même s’ils exploitent un réseau concurrent. En d’autres termes, le FAI GlobalNet, par exemple, devra assurer la continuité du service pour sa VoIP même s’il exploite le réseau fixe de Tunisie Telecom.

Grâce à ce décret, les Fournisseurs d’Accès Internet (FAI) seront les premiers à pouvoir fournir de la téléphonie illimitée entre leurs abonnés. Le temps de conclure des opérations d’interconnexion avec les autres FAI/opérateurs télécoms et appeler, ainsi, tous les numéros nationaux en VoIP. Les fournisseurs d’accès tunisiens pourront, donc, lancer leur propre offre Dual, voire même, Triple Play.

Et qui dit Triple Play, dit Orange et son offre Livebox. Avec cette publication officielle dans le JORT, Orange a désormais le feu vert de relancer sa passerelle multimédia qui a été bloquée en mai 2011 par le régulateur suite à une plainte de Tunisie Telecom.

Rappelons qu’à l’époque, Orange Tunisie a été épinglée par l’Instance Nationale des Télécommunications (INT) pour avoir commercialisé la VoIP «illégalement» en exploitant un réseau autre que le sien.

Welid Naffati
SOURCE TUNISIE HAUT DEBIT