Fleur Pellerin : « Il n’est pas inutile, si on a un petit doute, de suspendre son compte » Facebook

Fleur Pellerin : « Il n’est pas inutile, si on a un petit doute, de suspendre son compte » Facebook

Sécurité – Bug ou simple confusion d’utilisateurs français de Facebook ? Selon Fleur Pellerin, interrogée sur i>Télé, « nous n’avons aucune certitude » à ce stade. Pour autant, la ministre préconise, en cas de doute, d’envisager la suspension de son compte Facebook.

 

Fuite de données personnelles ou pas ? La question reste posée selon la ministre en charge du numérique, Fleur Pellerin, qui s’exprimait aujourd’huisur i>Télé. Malgré plusieurs témoignages d’utilisateurs rapportés par Le Monde, Slate penche lui plutôt en faveur d’une « hallucination collective. »

La ministre est elle dans l’attente d’explications de Facebook. « Aujourd’hui, ce qui est certain c’est que nous n’avons aucune certitude, ce qui est très inquiétant. La direction de Facebook est aujourd’hui incapable de nous donner la moindre explication sur ce qui s’est produit hier soir ou hier en fin d’après-midi » commente Fleur Pellerin.

Facebook ne partage pas ce sentiment d’incertitude 

Facebook a pourtant bien une certitude à ce stade. « Nos ingénieurs ont étudié ces cas et constaté que ces messages étaient en réalité d’anciens messages postés sur les murs qui ont toujours été visibles sur les profils des utilisateurs. Facebook affirme qu’il n’y a aucune atteinte à la vie privée des utilisateurs » assure le réseau social dans un communiqué.

La réponse de Facebook s’avère d’ailleurs un copier-coller de sa réaction en 2011 après une affaire similaire en Finlande. Des internautes finlandaisse plaignaient en effet déjà que des messages privés étaient remontés sur la Timeline.

Les internautes victimes peuvent porter plainte

Alors bug récurent ou hallucination ? La Cnil, qui doit entendre Facebook, parviendra peut-être à faire la lumière sur cette histoire. En attendant, quelles suites peuvent donner les internautes à cette violation présumée de confidentialité ?

« S’il y a vraiment la certitude que des messages privés ont été rendus publics et qu’il y a donc rupture des conditions de confidentialité qu’ils ont signées en ouvrant un compte sur Facebook, je leur conseillerais de porter plainte. C’est inadmissible » répond Fleur Pellerin.

A défaut de certitude, quelles actions paraissent envisageables pour les utilisateurs du réseau social ? « Par précaution, il n’est pas inutile si on a un petit doute de suspendre son compte » recommande encore la ministre.

Laisser une réponse